Votre personne de contact:  Goldie Denise Caldwell | Email: goldiedenise@gmail.com | Téléphone: 250-804-9158  [ X ]
:  Goldie Denise Caldwell | : goldiedenise@gmail.com | : 250-804-9158  [ X ]

CEMP

champs électromagnétiques pulsés

Un champ électromagnétique (également appelé CEM ou champ EM) est une quantité physique produite par des objets chargés électriquement. Les quatre paramètres cruciaux définissant la structure du signal exposé sont les suivants :

Forme d’onde

Intensité du champ

Fréquence

Résonance

En théorie, ces 4 composants doivent être soigneusement disposés en équilibre mutuel (cohérence) et introduits dans le corps afin de produire un effet optimal sur la santé, tout en évitant les effets négatifs. La composition exposée des paramètres de base permet de déterminer si un signal électromagnétique est nocif (par exemple, celui des systèmes informatiques, des téléphones portables, du WIFI, du Bluetooth, des micro-ondes, des lignes électriques, etc.) ou s›il est bénéfique pour la santé (par exemple, les champs électromagnétiques pulsés à basse fréquence (CEMP) utilisés dans le domaine des soins de santé, pour la prophylaxie et le bien-être général).

Forme d’onde

Une onde est une perturbation qui se déplace dans l’espace, transférant de l’énergie d’un point à un autre. Ceux d’entre nous qui ont étudié la physique ou l’algèbre sont familiers avec la représentation graphique des ondes sinusoïdales. Mathématiquement, les ondes sinusoïdales peuvent être dessinées sur un système de coordonnées composé des axes «x» et «y». L’axe des y contient des valeurs positives et négatives. Une onde sinusoïdale varie de manière cyclique au-dessus et au-dessous de l’axe des y, et est symétrique par rapport à l’axe des zéros (ou axe des x). La valeur la plus positive se trouve au «pic» de l’onde sinusoïdale. Elle est appelée «le pic d’amplitude» et représente le point de déplacement maximal du signal magnétique par rapport à l’axe zéro. En médecine bioélectromagnétique, le pic de l’amplitude, ou intensité de l’onde, est généralement mesuré en microTesla (anciennement : Gauss).

Onde sinusoïdale

Une onde magnétique qui présente des polarités alternées (par exemple, des pics ou des cycles positifs et négatifs) est appelée onde bipolaire. Les formes et les comportements des signaux magnétiques peuvent être manipulés en modifiant les courants électriques qui les génèrent. Cela se fait généralement par le biais de commandes informatisées. En combinant des cycles de pulsations magnétiques générées électriquement, on peut créer des «trains d’impulsions» qui renforcent les effets biologiques du stimulus magnétique. La composante la plus importante de la forme d’onde est son temps de montée et son temps de descente. Selon Liboff, la valeur thérapeutique d’un signal pulsé donné dépend fortement de la rapidité avec laquelle se produisent les temps de montée et de descente. Cette caractéristique du signal ne peut être sous-estimée et constitue peut-être le paramètre le plus important d’un signal électromagnétique. Le temps de chute abrupt représente une valeur de tension de crête élevée qui est responsable du déplacement des ions dans le corps. Un déplacement d’ions plus important exerce un effet biologique plus fort. Plus efficaces qu’une simple onde sinusoïdale ou qu’un aimant statique, les systèmes iMRS Prime et Omnium1 génèrent des formes d’ondes physiques très complexes pour des résultats globaux favorables à la santé. La forme de signal dite en dents de scie et la forme d’onde carrée créent des temps de montée et de descente beaucoup plus abrupts qu’une simple onde sinusoïdale, ce qui entraîne un effet biologique plus important.

Dans l’ensemble, la forme d’onde ou la forme du signal électromagnétique est un élément auquel il faut prêter une attention toute particulière. La forme d’onde la plus efficace et la plus complexe pour obtenir des résultats holistiques favorables à la santé est l’onde en dents de scie.

Ondes carrées

Onde en dents de scie

La preuve clinique de la forme d’onde en dents de scie a été publiée pour la première fois par le chercheur Bassett en 1974. Le Dr Bassett a observé que les variations du signal électromagnétique induisent un courant électrique dans le tissu traité. Le courant maximal pouvait être mesuré lorsque le signal appliqué passait brusquement de sa valeur maximale à sa valeur minimale (temps de chute). Cette induction «piézoélectrique» au sein des structures osseuses accélère la guérison des os. Grâce aux travaux de Bassett, cette forme d’onde a été approuvée par la FDA aux États-Unis pour 1979 le traitement des fractures non consolidées et pour faciliter les opérations de fusion vertébrale.

Les systèmes iMRS Prime et Omnium1 sont tous deux équipés d’un applicateur de matelas pour le corps entier. La forme du signal délivré par la natte est une forme d’onde en triple dents de scie. Cette forme d’onde est un composite d’un grand nombre d’ondes harmonieuses et non sinusoïdales dans la gamme des basses fréquences. L’impulsion en dents de scie de l’iMRS Prime et de l’applicateur du matelas pour le corps entier Omnium1 fournit une gamme de fréquences porteuses comprise entre 0,5 et 15 HZ, ce qui correspond à 100 % à la «fenêtre biologique».

Contrairement aux simples ondes sinusoïdales ou aux aimants statiques portés par l’extérieur, le signal en dents de scie change continuellement, produisant une induction constante de l’électromagnétisme dans les tissus du corps, maximisant le déplacement des ions et empêchant la fatigue de la membrane cellulaire. Cela signifie que la membrane cellulaire reste sensible aux signaux, ce qui renforce et optimise les effets bénéfiques de la stimulation électromagnétique. La recherche a montré que la forme d’onde porteuse complexe à triple dents de scie, utilisée par l’iMRS Prime et les matelas pour le corps entier Omnium1, fournit la plus haute probabilité de résonance de la stimulation électromagnétique dans les tissus vivants et donc des avantages supérieurs en matière de santé et de bien-être.

Intensité du champ

L’intensité du champ (également appelée amplitude ou densité de flux) est une description quantitative d’un champ électromagnétique qui dépend du flux et de la direction du courant. Elle a reçu l’unité Tesla (T), d’après Nikola Tesla, un scientifique américain d’origine serbe qui est surtout connu pour ses nombreuses contributions révolutionnaires dans le domaine de l’électricité et du magnétisme à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Le «Gauss» est une unité plus ancienne de densité de flux, qui est encore utilisée comme norme dans plusieurs pays du monde (1 Gauss = 100 microTesla).

Les facteurs déterminants de l’intensité du champ (amplitude) sont la longueur du fil de la bobine magnétique, son diamètre, le nombre de tours (ou «enroulements») de la bobine et l’intensité du courant électrique (Ampère) appliqué à la bobine. Avec la constante d’induction et la résistance physique spécifique du matériau, on peut calculer l’intensité du champ (ou densité de flux) d’un champ électromagnétique.

PEMF
Les systèmes de diagnostic tels que l’imagerie par résonance magnétique (IRM) utilisent des intensités de champ de l’ordre du Tesla (1,5 – 3T), tandis que les systèmes iMRS Prime et Omnium1 exposent des intensités de champ extrêmement faibles, de l’ordre de trois microTesla. Étant donné que la cible de la signalisation est la membrane cellulaire, les intensités extrêmement faibles sont tout à fait appropriées pour produire une réponse biologique hautement bénéfique. Cette thèse est basée sur le principe de la «fenêtre biologique», un concept d’étude développé, exploré et publié par le Dr Ross Adey. Adey a découvert des plages spécifiques et étroites de fréquences électromagnétiques auxquelles le corps réagit plus facilement. Ce principe peut également être appliqué à l’intensité des champs : il existe une «fenêtre biologique» d’intensités électromagnétiques à laquelle le corps humain réagit le mieux et qui contribue à la régénération active des cellules et à l’amélioration de l’apport en oxygène. Les recherches rétrospectives de Goodman et Blank ont prouvé que les cellules humaines extériorisent plus facilement un gène préservant les cellules, la protéine de choc thermique 70 (hsp70), à 7-8 microTesla plutôt qu’à des intensités de champ plus fortes, supérieures à 70-100 microTesla.

«L’esprit» natif d’une cellule humaine, du point de vue électromagnétique, réagit plutôt sur un «murmure» subtil et doux.

Les systèmes de pointe iMRS Prime et Omnium1 sont équipés de ce «langage» natif et utilisent des intensités de champ extrêmement faibles qui communiquent le plus efficacement possible avec la membrane cellulaire. Le résultat est le meilleur effet holistique possible sur la santé de toutes les cellules du corps.

Fréquence

De même que nos cellules peuvent être stimulées par des produits chimiques (par exemple, des nutriments ou des médicaments) afin d’exécuter des fonctions nouvelles et différentes, elles peuvent également être stimulées énergétiquement par des ondes électromagnétiques. En fait, certaines fonctions cellulaires très souhaitables sont stimulées plus fortement par l’énergie que par la chimie. La largeur de bande saine des fréquences électromagnétiques est scientifiquement prouvée. Ces plages de fréquences sont appelées «fenêtres biologiques». Tant que la fréquence délivrée se situe dans cette fenêtre, elle est bénéfique pour la cellule en termes d’absorption de nutriments, d’élimination des déchets du métabolisme et de fonction cellulaire globale. C’est précisément ce que font les systèmes iMRS Prime et Omnium1 : ils délivrent les modèles de fréquence corrects dans les fenêtres biologiques de la santé !

Une analogie serait les fréquences acoustiques. Certains sons sont trop forts pour être appréciés, d’autres sont trop faibles pour être entendus. Il y a une petite «fenêtre» de volume à l’intérieur, qui crée une expérience auditive agréable et même une expérience auditive saine. Le même principe s’applique à l’électromagnétisme. Il existe des fréquences électromagnétiques agréables et saines, d’autres qui sont trop faibles pour être assimilées ou perçues par le corps, et d’autres qui sont si «fortes» que les cellules subissent un impact négatif de ces signaux. Ces signaux nocifs et nuisibles sont appelés «électrosmog».
Les applicateurs iMRS Prime et Omnium1 pour le corps entier utilisent des 3 paires de bobines en cuivre massif non isolées, avec des enroulements plus ou moins nombreux, pour simuler les fréquences et les intensités électromagnétiques du champ magnétique terrestre. La nature nous apprend que ces fréquences sont en parfaite harmonie avec la santé et le bien-être. L’utilisation quotidienne d’un applicateur pour tout le corps favorise l’élimination du stress et des tensions tout en encourageant un meilleur apport en oxygène, en augmentant la circulation et en améliorant le fonctionnement de votre corps au niveau cellulaire.

Le taux de variation d’une onde est sa «fréquence». Les ondes ondulent d’un pic à un creux puis à un pic. Le temps écoulé entre un pic et le pic suivant est un cycle. Un cycle englobe un pic positif (au- dessus de la ligne) et un pic négatif. L’unité de fréquence la plus élémentaire est un cycle par seconde. Un cycle par seconde (cps) est également appelé «hertz», en l’honneur du physicien allemand du XIXe siècle Heinrich Hertz, dont la découverte des ondes électromagnétiques a conduit au développement de la radio. Une fréquence de 25 Hertz (Hz) représente 25 cycles par seconde. Le taux de fréquence est mesuré d’un pic au pic suivant. L’application d’une onde sinusoïdale est un mode simple par lequel l’énergie est transférée vers un milieu (tel que le corps) ; plus le nombre de cycles par seconde est élevé, plus le transfert d’énergie par seconde est important. Nous sommes plutôt conscients de l’énergie lumineuse et comprenons les ondes de lumière (photons). Cependant, le spectre de la lumière visible ne représente qu’une toute petite partie du spectre électromagnétique.

De même, le son audible est une petite partie du spectre des fréquences sonores (acoustique), et l’oreille humaine ne peut détecter et répondre qu’à une infime partie des fréquences qui se trouvent dans ce spectre. En ce qui concerne le transfert des signaux bioélectromagnétiques, la règle générale suivante s’applique : Plus la fréquence est élevée, plus l’énergie délivrée au corps est importante. Mais en comprenant le principe de la «fenêtre biologique» d’Adey, nous savons que, tout comme la lumière et le son, le corps humain n’est capable de réagir de manière bénéfique et saine qu’à une petite plage du spectre des fréquences électromagnétiques (effet de cohérence).

De nombreux fabricants de systèmes CEMP à usage domestique se vantent de cette puissance plus élevée et de ses avantages supposés, fidèles à la devise : «Plus on est de fous, plus on rit». Chez Swissbionic Solutions, nous comprenons cependant que la médecine énergétique appliquée cliniquement ne fonctionne pas nécessairement de cette façon. Les fréquences naturelles dans les fenêtres biologiques prouvées sont les plus efficaces pour soutenir une santé et un bien-être dynamiques – en substance : «Moins, c’est plus» ! Dans la thérapie CEMP, les cycles sont appelés impulsions. Ainsi, les cycles par seconde sont compris pour signifier des impulsions par seconde. Une fréquence électromagnétique de 25Hz est donc composée de 25 impulsions par seconde. Le corps humain contient de nombreuses fréquences naturelles. Parmi elles, on trouve les battements du cœur, le flux du liquide céphalo-rachidien, le rythme respiratoire et les ondes électromagnétiques du cerveau. John Zimmerman, ancien docteur de l’université du Colorado, a constaté que le toucher thérapeutique de la main d’un praticien émet une fréquence électromagnétique moyenne comprise entre 7 et 8 Hz lorsque le praticien est activement engagé dans l’application du toucher thérapeutique. Il est intéressant de noter que les résonances de Schumann produites dans l’ionosphère terrestre sont scientifiquement évaluées à 7,83Hz. Le champ magnétique terrestre a été scientifiquement calculé à une gamme comprise entre 11,75 et 11,79 Hz (Piontzik). Les ondes alpha du cerveau semblent être très similaires, voire virtuellement identiques aux fréquences naturelles de Schumann.

Résonance de Schumann

En 1954, Schumann et König ont fait état de leur découverte de pulsations électromagnétiques naturelles sur la Terre. Les résonances de Schumann sont des ondes naturelles excitées par les éclairs dans la cavité située entre la surface de la Terre et l’ionosphère. En fait, les éclairs pompent de l’énergie dans la cavité de l’atmosphère terrestre et la font vibrer ou résonner à des fréquences extrêmement basses. Les ondes électromagnétiques créées par les éclairs voyagent autour de la Terre à la vitesse de la lumière, se reflétant de l’ionosphère à la Terre et inversement de façon cyclique. Ces ondes font le tour du globe en moyenne 7,83 fois par seconde. Comme indiqué plus haut, cette fréquence est en corrélation avec la fréquence moyenne des ondes cérébrales alpha chez l’être humain. La fréquence porteuse du champ magnétique terrestre est scientifiquement documentée et évaluée à – 11.75Hz – 11.79Hz (Piontzik).

La fréquence porteuse des résonances de Schumann («fréquence tonique») est exactement égale à 7.83Hz. Une harmonique est définie comme une hauteur supérieure de la fréquence de base dans un système vibratoire. Ceux qui chantent ou jouent de la guitare sont familiers avec la création d’harmoniques – des fréquences sonores qui sont souvent créées en superposant une fréquence fondamentale à une autre. D’autres hauteurs naturelles se produisent à des intervalles de 6,5 Hz en raison de la géométrie spatiale de la Terre. Des harmoniques supplémentaires peuvent être détectées dans le bruit de fond radioélectrique du champ énergétique de la Terre sous la forme de hauteurs distinctes entre 14 et 35 Hz. En outre, ces harmoniques semblent être essentielles pour notre corps.

Si notre corps est séparé ou bloqué de l’exposition naturelle à ces vibrations (par exemple, en raison de la vie et du travail dans des bâtiments construits avec du béton, de l’acier et des alliages métalliques, de la conduite de voitures sur des routes goudronnées, et de l’électropollution par les radiations à ultra-haute fréquence des téléphones cellulaires, des fours à micro-ondes, des téléphones domestiques sans fil, des réseaux WIFI, des signaux radar/ satellites, etc. Les fluctuations enregistrées dans les résonances Schumann de la Terre ont été fortement corrélées aux crises cardiaques, aux accidents de voiture et à une augmentation générale des taux de mortalité (Beck 1992).

Il existe une énorme gamme de fréquences électromagnétiques déjà utilisées ou dont l’utilisation est proposée dans le domaine de la santé. L’accent est mis sur l’application ciblée avec des indications définies (comme la stimulation magnétique transcrânienne répétitive (SMTr) pour la dépression). Les fréquences utilisées vont de la gamme des fréquences extrêmement basses (ELF) de 3 à 300 Hz à la gamme supérieure de 50 milliards de Hz (50 GHz). Pour les applications médicales de CEMP à domicile et pour des raisons de sécurité, il est recommandé de choisir des appareils médicaux certifiés tels que l’iMRS Prime et l’Omnium1, conformes à la dernière norme MDR (2017/745), délivrant des fréquences dans la gamme ELF (Fréquence extrêmement basse). Les deux systèmes génèrent des formes d’onde (dents de scie et ondes carrées) qui, en raison de leurs propriétés physiques, délivrent non seulement de grandes quantités de fréquences uniques et de leurs harmoniques, mais aussi les temps de montée et de descente rapides nécessaires pour initier et maintenir les effets de résonance souhaités avec les cellules du corps.

Résonance

La résonance est un principe qui a été découvert par Galileo Galilei en 1602 alors qu’il étudiait les pendules. La résonance est la tendance d’un système à osciller avec une amplitude maximale à certaines fréquences.

Un exemple courant de résonance est la balançoire d’une aire de jeux, qui agit comme un pendule. Si vous poussez un enfant sur une balançoire au rythme de l’intervalle naturel de la balançoire (sa fréquence de résonance), la balançoire montera de plus en plus haut (jusqu’à son amplitude maximale). En appliquant une force de poussée à tout autre moment interférera avec la fréquence de résonance ou l’amortira et l’amplitude de la balançoire sera réduite, perturbée ou complètement arrêtée.
L’énergie (poussée externe) absorbée par la balançoire est maximisée lorsqu’elle est synchronisée (ou «en résonance») avec les propres oscillations de la balançoire.

Chaque cellule du corps humain vibre ou oscille. On peut l’observer visuellement sur des séquences vidéo à fort grossissement lorsque les globules rouges se déplacent dans les vaisseaux ou que les macrophages chassent les bactéries. Les champs électromagnétiques pulsés avec un spectre de fréquences approprié sont capables de produire une résonance cellulaire = vibration à amplitude maximale. Ils déclenchent les fréquences porteuses respectives des récepteurs (neuropeptides) dans le but de stimuler une variété de fonctions autour et à l’intérieur de chaque cellule. Le corps humain est composé d’environ 75 trillions de cellules (en fonction de la taille et du poids) et chaque membrane cellulaire contient plus d’un million de récepteurs neuropeptidiques. Un champ électromagnétique pulsé précisément défini à l’intérieur de la fenêtre biologique signale simultanément tous ces récepteurs à la vitesse de la lumière et les incite à entrer en résonance avec les vibrations appliquées. C’est la propriété essentielle de la PEMF.

Les profonds effets bénéfiques des CEMP sur la physiologie humaine sont dus à l’amélioration de la communication et de l’interaction inter et intracellulaire produite par l’induction de la résonance dans le corps. Jusqu’à aujourd’hui, il n’est pas scientifiquement prouvé que les fréquences situées en dehors de la fenêtre biologique soient capables de créer des effets de résonance sur les structures cellulaires.
Plus la fréquence est élevée, plus il est difficile de mesurer l’effet sur la cellule. Il est important de noter que cela s’applique aux fréquences «non naturelles» dans la gamme des KHz et des MHz exposées par les téléphones domestiques sans fil, les smartphones, les routeurs WIFI et de nombreux appareils électriques domestiques courants. La dernière génération de systèmes CEMP certifiés médicalement et les plus efficaces, l’iMRS Prime ou l’Omnium1, ciblent la gamme de fréquences extrêmement basses correspondant aux vibrations oscillatoires toniques connues des cellules du corps. Ils représentent la référence absolue de l’utilisation d’un modèle de résonance stochastique informatisé avancé pour obtenir une résonance cellulaire maximale.

Fenêtre biologique

Le Dr William Ross Adey, professeur d’anatomie et de physiologie né en Australie et travaillant à la faculté de médecine de l’UCLA, a inventé le terme de «fenêtre biologique» (Bawin et Adey 1976). (Bawin et Adey 1976) Adey a mesuré la production de calcium des cellules du cerveau chez les lapins pour démontrer que cet effet ne pouvait être déclenché qu’en utilisant des intensités de champ magnétique très faibles et une basse fréquence spécifique (16 Hz). Depuis la découverte initiale du Dr Adey, la littérature sur la médecine énergétique a montré un fort consensus scientifique sur l’importance des fenêtres biologiques.
Une fenêtre biologique est une gamme ou un spectre d’énergies électromagnétiques qui sont facilement acceptées par le corps et converties en réponses physiologiques positives. Les signaux qui se situent en dehors de la fenêtre biologique ont peu ou pas d’effet, voire dans certains cas un effet négatif ou toxique. Par analogie, les fréquences audibles peuvent être agréables (par exemple, une symphonie) ou destructives (par exemple, le son d’une explosion peut détruire définitivement l’ouïe). La recherche a prouvé que les tissus vivants détectent, absorbent et utilisent facilement les signaux électromagnétiques dans certaines plages de fréquences et ignorent complètement les autres fréquences naturellement présentes dans le spectre des fréquences.

Horloge biorythmique

Les applicateurs corps entier des systèmes iMRS Prime et Omnium1 utilisent des modèles de fréquence préprogrammés qui varient en fonction du moment de la journée où l’appareil est utilisé. Cette variation temporelle de la fréquence est due aux rythmes circadiens naturellement observés. Ce phénomène est entre-temps scientifiquement prouvé et a été récompensé par le prix Nobel de médecine 2017 (Hall, Rosbash et Young : Discoveries of Molecular Mechanisms Controlling the Circadian Rhythm). Selon la médecine traditionnelle chinoise (et d’autres anciennes traditions de guérison en Asie), l’énergie vitale circule dans les douze organes et accomplit un cycle toutes les vingt-quatre heures. L’horloge chinoise des organes montre le flux circadien de l’énergie vitale (Qi – prononcé «Chi») à travers les différents systèmes d’organes en fonction de l’heure de la journée. Chaque organe dispose d’une énergie maximale pendant deux heures. L’organe a une énergie minimale (ou le plus faible flux de Qi) 12 heures plus tard.
HEURE ENERGIE MAXIMALE ORGUE/MÉRIDIEN
3h à 5h 4h POUMONS
5h à 7h 6h GROS INTESTIN
7h à 9h 8h ESTOMAC
9h à 11h 10h RATE
11h à 13h 12h COEUR
13h à 15h 14h PETIT INTESTIN
15h à 17h 16h VESSIE URINAIRE
17h à 19h 18h KIDNEY
19h à 21h 20h PERICARD
21h à 23h 22h TRIPLE RÉCHAUFFEUR
23h à 1h 0 h VESICULE BILAIRE
1h à 3h 2 h FOIE

Le graphique ci-dessus montre que le flux d’énergie maximal à travers le foie se situe à 2 heures du matin. Par conséquent, le flux d’énergie correspondant le plus faible du foie est à 14 heures. L’iMRS délivre des paquets d’énergie qui sont censés équilibrer la résonance cellulaire de tous les organes et systèmes corporels simultanément en variant les fréquences à travers 4 intervalles préprogrammés :

5 h - 10 h

10 h - 15 h

15 h - 20 h

20 h - 5 h

Les paquets d’impulsions délivrés par l’applicateur matelas du corps entier de l’iMRS Prime ou de l’Omnium1 utilisent la forme complexe et très efficace du signal en triple dents de scie et sont des composites d’un grand nombre de fréquences électromagnétiques uniques dans la gamme des fréquences extrêmement basses (ELF). Cela permet de transférer un maximum de fréquences uniques et leurs harmoniques pendant de courtes durées d’application (8-24 min.). Toutes les 2 minutes, pendant cette signalisation, la polarité est inversée afin d’éviter la fatigue et l’adaptation des cellules au signal. Ce concept est destiné à maximiser le succès thérapeutique durable.

Les applicateurs Pad et Spot, plus petits, sont capables d’atteindre des intensités de champ plus élevées et sont très simples à utiliser pour une application externe sur le corps. Il n’est pas nécessaire de régler l’horloge biologique pour ces applicateurs, car l’application locale de CEMP vise à traiter une indication isolée (cicatrisation, guérison osseuse, augmentation périphérique de la circulation sanguine, soulagement de la douleur). Une forme d’onde rectangulaire spécifique (onde carrée) est utilisée pour obtenir les résultats les meilleurs et les plus rapides.

CEMP en bref

iMRS prime Expert Set

iMRS prime système

iMRS prime groupées

iMRS prime Accessoires

Omnium1 Complete Combo

Omnium1 système

Omnium1 groupées

Omnium1 Accessoires

PEMF

CEMP

Entraînement des ondes cérébrales

Technologie de biofeedback

Opportunity

Opportunité d'affaires

Rejoignez notre équipe

Financement

Nous contacter